Vaincre le mal de dos
La colonne vertébrale ne peut être solide et résistante sans une bonne musculature de soutien. Le bon état de cette musculature dépend de deux facteurs essentiels : une alimentation suffisamment riche en protéines (ce qui est généralement le cas), et une activité physique minimum et régulière pour permettre de conserver des muscles toniques et efficaces. Or, force est de constater que la plupart de nos contemporains possèdent une musculature insuffisante qui fragilise l'axe vertébral et le rend plus vulnérable aux agressions. De plus les muscles constituent pour les os de véritables pompes sanguines. Leur atrophie généralement constatée diminue l'apport sanguin aux vertèbres et favorise la survenue de l'ostéoporose et la décalcification. Cette atrophie musculaire peut se rencontrer à tous les âges de la vie tout en étant associée à un excès de tension générant des douleurs.
Il est donc important de maintenir une activité physique régulière et non traumatisante.
Comment préparer l'organisme au changement de temps et éviter la grippe et autres maladies de l'automne ?

Les remèdes naturels pour prévenir et lutter contre les maladies infectieuses :
- Vitamine C : les besoins quotidiens sont de 1 gramme.
- Le chlorure de magnésium : 1 sachet de 20 grammes par litre litre d'eau. Boire un verre par jour pour les adultes.
- Cuivre-or-argent Oligosol : 1 dose le matin à jeun sous a langue.

L'arthrose : usure des cartilages Cette affection ne constitue pas à proprement parlé une maladie; il s'agit d'un vieillissement des articulations se manifestant par une déterioration du cartilage et une prolifération des tissus osseux et articulaires voisins accompagnées d'un épanchement articulaire. Elle s'installe précocement en cas de traumatisme ou mise en tension anormale de la colonne vertébrale. C'est en général vers 40 ans que les modifications deviennent nettement visibles à la radio.
L'arthrose n'est pas le propre de l'homme, mais touche indifféremment quasiment tous les vertébrés. On la retrouve sur les squelettes des mastodontes préhistoriques (dinosaures, mammouths), mais aussi chez les ours, les oiseaux, les poissons (dauphins) ou les tortues.
Toute fois, certaines personnes présentent plus ou moins d'arthrose que d'autres. Cela est lié au terrain de chacun, au mode de vie et à l'alimentation.
HERNIE DISCALE : OPERATION OUI OU NON ?

Si vous songez à vous faire opérer pour une hernie discale quelqu'en soit le niveau, ne croyez pas être guéri(e) et que vous pouvez faire n'importe quoi. L'opération a soulagé le nerf sciatique par l'ablation d'une partie du disque. Ne commettez pas l'erreur courante qui consiste à croire que le curetage de la hernie met un point final au problème et que vous pouvez négliger la prévention des récidives (qui elles sont fréquentes). Il faut : - consolider la musculature profonde du dos - étirer les zones rétractées - adapter ses gestes - lutter contre le stress - permettre à l'intestin de fonctionner normalement - maintenir une activité physique adaptée mais régulière ...

Il est possible qu'en faisant tout cela avant, l'opération pourrait être évitée.
L'eau :
L'eau constitue environ 66% du poids de notre corps, d'où son importance dans le maintient de la santé. L'une des propriétes essentielles de l'eau de boisson consiste à drainer les résidus de l'alimentation, c'est pourquoi, elle doit être faiblement minéralisée. A chaque constitution convient une eau différente : ainsi les terrains trop acides bénéficieront-ils d'un eau alcaline et vice versa. Une bonne eau doit également faire preuve de pureté bactériologique, être pauvre en nitrates et en nitrites, et exempte de polluants chimiques de toutes sortes (par exemple chlore en excès, métaux lourd). De plus elle doit contenir peu de sodium. Les eaux de Volvic, Charrier, Castell-roc, Mont Roucous, Roxane répondent pour l'essentiel à ces différentes exigences.
La Fièvre:
Ce symptôme si fréquent chez l'enfant inquiète souvent les parents. Cependant cette réaction naturelle et souhaitable du corps face à une agression extérieure est le seul moyen naturel pour détruire les virus (qui ne sont détruits par aucun médicament aujourd'hui) et les bactéries. Si la fièvre n'apparaissait pas lors d'un contact microbien, l'organisme serait rapidement envahi et ne pourrait pas réagir.
Définition de la fièvre:
"élévation de la température du corps au dessus de 37,8° (température orale) ou de 38,2° (température rectale).
Cette définition nous montre qu'en dessous de ces températures il ne s'agit pas de maladie et qu'il n'est pas nécessaire d'intervenir. De plus, 39 degrés sont souvent nécessaires pour tuer des bactéries ou des virus. Donner un antipyrétique (médicament contre la fièvre) à ce stade prépare une récidive certaine.
Toutefois à ce stade il faut surveiller la température de l'enfant. Jusqu'à 40° les risques de convulsion sont faibles. Ce qui est souhaitable c'est que l'enfant lors d'une maladie ait une fièvre autour de 39°. Une température stable, même si elle dure quelques jours n'est pas grave. Un diagnostic médical est nécessaire pour ne pas passer à côté d'une maladie grave.
Traitement de la fièvre:
-En dessous de 39°, la respecter
Ensuite:
- si l'enfant n'a pas faim, ne pas le forcer même s'il vous semble que que cela dure.
-s'il veut manger, éviter les protéines (viandes, oeufs, produits laitiers) et préférer des légumes, des fruits crus ou cuits.
 
Homéopathie:
Belladona 5CH (3 granules toutes les 2 heures si nécessaire) est le remède classique mais peut être précisé.
 Tisane:
bardane
 Oligo-éléments:
Cuivre granions
Bains frais:
la température du bain ne doit pas être plus basse d'un degré par rapport à la température de l'enfant.
LA PILLULE : difficile à avaler ! Face au nombre croissant de maladies liées à la pillule contraceptive et sa précocité d'utilisation, nous souhaitons vous en dire plus sur ce moyen de contraception si souvent conseillé.
Les effets secondaires de la pillule que les femmes connaissent bien sont :
prise de poids, fringale, détérioration de l'état des ongles et des cheveux, perte d'appêtit sexuel, fragilité capillaire (des petites veines) entrainant couperose, veinules sur les jambes, mauvaise circulation sanguine surtout aux extrémités...
Cependant d'autres effets "indésirables" plus graves sont inscrits dans le Vidal (dictionnaire des médicaments); le texte est identique pour toutes les pillules:
Hypertension artérielle, accidents cardio-vaculaires et thrombo-emboliques, ictères cholestatiques (obstruction du foie), hypercholestérolémie, et/ou hyper-triglycéridémie, diabète, mastodynie sévère ou mastopathie, céphalées importantes ou inhabituelles, migraine, vertige, modification de la vision,... adénome hépatique, tumeurs mammaire et utérine."
Ce texte est précédé de: "incidents relativement rares mais sévères devant faire interrompre le traitement". Le problème est que " relativement rare" ne veut rien dire, et que malgré l'apparition d'un de ces symptômes, rarement la pillule est remise en cause. De plus, ces signes sont en réalité très fréquents, mais à des degrés divers et traités par d'autres médicaments qui ne feront qu'augmenter l'imbroglio.
Il est donc nécessaire de rester vigilant et de bien observer les réactions de son corps. Le gynécologue prenant peu en compte ce genre de problème, la décision d'arrêter la pillule reviendra souvent à la personne concernée.
A l'heure où le SIDA fait des ravages, les moyens de contraception mécaniques, (préservatif) sans effets secondaires, devraient être plus souvent conseillés.

HIVER :
Les remèdes de fond:
Oligo-éléments: cuivre-or-argent
Plantes: prêle, pin, romarin, feuilles de cassis
Compléments alimentaires: minéraux (pollen, poudre d'os, sels minéraux...)
Les aliments: les racines: carottes, pommes de terre, gingembre...
Doppage : la viande aussi Jusqu'en 1988, l'utilisation d'hormones dans l'élevage était interdite. Cependant, les contrôles ont toujours été difficiles. Aujourd'hui, nous mangeons de la viande aux hormones et leur utilisation sera prochainement rendue légale sous la pression des américains. Les hormones ne sont malheureusement pas le seul produit indésirable retrouvé dans nos assiettes. Les antibiotiques et les anxiolytiques contenus en grande quantité dans la viande finissent également par avoir des effets sur l'être humain qui les consomme.


DOSSIER : LA VITAMINE C La vitamine C que l'on trouve essentiellement dans les produits végétaux frais est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. De plus elle présente des qualités telles que nous devrions en consommer quotidiennement pour faire face aux conditions de notre environnement actuel. Le Dr Corson, membre de l'Institut français de chélation, a écrit un livre : « Notre ange gardien , la vitamine C ». Il nous a également fourni de nombreuses informations à ce sujet. Dans ce numéro de L'atelier de Santé et dans les suivants, nous mettrons en évidence les bienfaits de la vitamine C.
Pourquoi sommes-nous tous carencés en vitamine C ?  
1) Notre alimentation est de moins en moins riche en vitamines. Les fruits et légumes sont récoltés avant maturité, stockés et transportés dans des conditions qui détruisent la vitamine C. Les lavages et procédés de cuisson poursuivent le massacre. Les quelques milligrammes de vitamine C qui restent dans nos aliments suffisent tout juste à éviter le scorbut.
2) La pollution toujours croissante de notre environnement nous conduit à respirer et à intégrer quotidiennement des substances toxiques et ajoute à ses effets nocifs le fait qu'elle est également destructrice de vitamine C.
3) Le tabac, de nombreux médicaments courants et les pilules contraceptives entraînent aussi la destruction des réserves et l'augmentation des besoins en vitamine C.
4) La lutte de l'organisme contre les infections, même occultes, est grande consommatrice de vitamine C. Elle sollicite nos défenses immunitaires, elles-mêmes tributaires d'une présence suffisante de vitamine C.
5) Les personnes âgées souffrent souvent de troubles digestifs qui diminuent l'absorption du peu de vitamine C présente dans les aliments. Lorsqu'elles prennent un complément nutritionnel de vitamine C, il leur est nécessaire d'en prendre davantage qu'un individu plus jeune pour obtenir un même effet.
6) Le stress de la vie moderne, grand consommateur de vitamine C, est quasi-permanent. Il augmente encore nos besoins en vitamine C.
7) Les poisons et les métaux toxiques contenus dans l'atmosphère, dans l'alimentation et dans les prothèses dentaires (plombages au mercure / argent) sont de grands surconsommateurs de vitamine C.
La carence en vitamine C est lourde de conséquences.
La carence en vitamine C est une des causes principales de l'augmentation des maladies de dégénérescence qui se manifestent maintenant à un âge de plus en plus précoce. Il est utopique d'envisager de changer cet état de choses, compte tenu des facteurs sur lesquels l'individu n'a pas grand pouvoir. La seule solution est d'avoir recours à une complémentation vitamino-minérale pour compenser les manques et les besoins. Dans ce domaine, la vitamine C est une aide précieuse pour la santé.
Les maladies de dégénérescence ainsi que certaines affections du système immunitaire (allergie, infections, polyarthrite, sclérose en plaques), neurologiques (maladie d'Alzeimer, Parkinson, dégénérescence maculaire, rétinites, glaucome) etc, sont souvent liées à des carences parfois pures, parfois aggravées par des intoxications dues à des poisons variés, et en particulier à des métaux lourds comme le plomb, le mercure, l'argent, le cadmium des prothèses articulaires, etc. Ils sont de plus en plus présents dans notre environnement.

Notre besoin vital en vitamine C est en constante augmentation, alors que la teneur en vitamine C de notre alimentation est en constante diminution. De plus, les besoins d'un individu par rapport à un autre sont différents. Ils sont variables pour la même personne d'un moment à l'autre de la journée et sont modifiés au fil du temps suivant le mode de vie.
DOSSIER : LA VITAMINE C  
Que penser de certaines idées fréquemment diffusées sur la vitamine C ?
Nous trouvons régulièrement dans les publications diffusées par les médias des informations sur la vitamine C ne reposant sur aucun fondement, comme par exemple :
 
1) "Une alimentation quotidienne équilibrée apporte la quantité indispensable à la vie sans qu'il soit nécessaire de consommer en plus des nutriments."
 
Cette affirmation ne tient pas compte d'un élément essentiel : la quantité de vitamine C nécessaire au bon fonctionnement du métabolisme est variable :
- selon chaque individu. Tout le monde n'a pas la même résistance aux différentes agressions, ni le même seuil d'intolérance aux intoxications (facteurs héréditaires, stress, fatigue, surmenage, environnement, mode de vie, tabac, surcharge en métaux lourds...), ni la même vitesse de récupération...
- dans le temps, suivant le type de carence, son ancienneté, l'intensité de l'agression, le type d'intoxication ou d'empoison-nement, l'importance du stress, la survenue d'infections, la nécessité de subir une intervention chirurgicale ou un traitement par irradiation ou une chimiothérapie...
 
2) "La vitamine C empêche de dormir."
Cette affirmation est dénuée de tout fondement. Cet inconvénient ne se produit pratiquement jamais lorsqu'on utilise de la vitamine C pure sans aucun adjuvant chimique. On constate souvent que les troubles du sommeil qui ont été fréquemment décrits n'apparaissent que chez les consommateurs occasionnels de vitamine C de synthèse à laquelle ont été ajoutées diverses substances comme des conservateurs, des édulcorants, des colorants ...Ces troubles du sommeil ne sont pratiquement jamais évoqués par les personnes qui consomment régulièrement de la vitamine C pure et qui fractionnent leur apport quotidien de vitamine C en plusieurs prises, toujours consommées après les trois principaux repas et jamais à jeun. Il existe cependant de très rares sensibilités à la vitamine C, comme certains d'entre nous sont intolérants au lait de vache, ou au gluten.
Dans la très grande majorité des cas, le sommeil du consommateur régulier de vitamine C, qui absorbe celle-ci en quantité suffisante, fractionnée en plusieurs prises quotidiennes après les repas, gagne en qualité. Il se réveille le matin en meilleure forme et plus reposé que le non-consommateur de cette vitamine, qui est aussi appelée par les américains : "vitamine du sommeil".
 3) "La supplémentation en vitamine C peut donner des calculs urinaires"
Cette affirmation dénuée de raison scientifique et complaisamment colportée était initialement basée sur le seul fait que la dégradation métabolique normale de l'acide ascorbique (vitamine C) produit de l'acide oxalique.
Or, ce n'est pas parce qu'un déchet est éliminé, (notre organisme en fabrique des centaines), qu'il est automatiquement responsable d'un trouble. La consommation de viande produit de l'urée et les non-végétariens , soit la majorité de la population, ne sont pas décimés par l'acide urique.